NEURDEIN FRERES

Maison Neurdein Frères, Paris
Etienne Neurdein (1832-après 1915)
Louis Antonin Neurdein (1846-après 1915)

 

Fils du photographe Jean César Neurdein, plus connu sous le pseudonyme de Charlet, les frères Neurdein ouvrent en 1863 à Paris un établissement consacré à la photographie (successivement rue des Filles du Calvaire, rue des Filles Saint-Thomas, boulevard de Sébastopol, puis avenue de Breteuil). Chacun a son rôle : Etienne s'occupe de l'administration de l'atelier et réalise des portraits. Louis-Antonin effectue des voyages d'où il rapporte des vues d'édifices et de paysages. La Maison Neurdein propose donc des portraits : personnages historiques et célébrités contemporaines mais aussi des vues d'architecture en tous formats. A partir de 1868, la maison Neurdein diffuse des vues de France, d'Algérie, de Belgique, puis édite des cartes postales sous les marques " ND " et " X ".

En 1884, Louis-Antonin devient membre de la Société française de Photographie, et membre de la Chambre syndicale de la photographie en 1886- Etienne en 1902. En 1886 et en 1888, les frères Neurdein obtiennent une médaille d'or à l'Exposition internationale de la Société des Sciences et des Arts industriels. Récompense renouvelée à l'Exposition universelle de 1889 pour des vues réalisées avec l'appareil panoramique de Moëssard. En 1900, ils obtiennent encore un Grand Prix.
Reconnus pour leur habileté à reproduire les châteaux, églises et sites historiques, le ministère de l'Instruction publique et des Beaux-arts leur accorde le droit d'exploiter la collection du service des Monuments historiques de 1898 jusqu'au début des hostilités. Ce droit exclusif comprend le tirage et la mise en vente des épreuves obtenues à partir des clichés appartenant à l'Etat. L'entretien de la collection des Monuments historiques est également à leur charge, ainsi que la mise à jour et l'impression du catalogue des collections. Les frères Neurdein complètent également les fonds, photographiant des édifices classés, en particulier en Corse. Les Archives photographiques (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine) conservent un millier de plaques de verre réalisées par les deux frères.

 

Cartes éditées avant 1904 dos blancs non divisées